УВИДИМСЯ СКОРО:

29 октября 2010 г.

Svétlana Surganova: L'ange / Светлана Сурганова: Ангел

Svetlana Surganova (prononcer "Sourganova") est née à Leningrad le 14 novembre 1968. Elle fut élevée par Lïa Surganova, sa mère adoptive. Svetlana a étudié le violon dans une école musicale avant d’entreprendre des études de médecine avec comme spatialité la pédiatrie. Surganova a commencé à écrire de la poésie à l’âge de 14 ans. En classe de 9° soit l’équivalent de la 3° en France, Svetlana crée son premier groupe « Kamerton ». Son second groupe « Liga » elle le crée durant ses études de médecine.
Après sa rencontre avec Diana Arbenina en août 1993, elle crée avec elle le groupe «Ночные Снайперы –notchnye snaïpery – Les snipers nocturnes »
En 2002 elle se sépare du groupe. En 2003, elle enregistre, avec le groupe " Сплин - Spleen"  l’album «Новые люди- Novyé lioudi – Nouvelles personnes». En avril de la même année, Surganova crée un nouveau groupe « Сургунова и оркестр - Surganova i orkestr » :
La chanson « Anguel - L’ange » est issue d’un album  single du groupe, parue en 2004 « 
Корабли - Karabli – Les navires » puis reprise en 2005 dans l’album « Возлюбленная Шопена –Vozliublinaia Chopena – La bien-aimée de Chopin »
Ангел / L'ange
Светлана Сурганова / Svétlana Sourganova
[видео под катом]




Au matin, est venu, chez moi, un ange argenté.
Il était malade,
en un délire brulant, il se débâtait.
M’appelant en enfer à moins que cela ne soit au paradis,
Il n’arrêtait pas de me dire : « Choisi ! »

En une envolée vers moi, ses ailes, il avait brûlé
Enterrant son âme dans de la sandre sacrée,
Pour un refus, il prenait
L’indifférence de regards croisés

Lors de nos rencontres, il était gentil, pleurant,
Il voulait me prendre et de sa chaleur, m’envelopper.
Je ne lui ai pas ouvert ma porte figée,
Je lui ai dit : « pas maintenant !
 

Il disait après, qu’il vieillissait vite,
Il devint noir, oubliant qu’un jour il fut blanc,
Que de la maison où vivait mon ange, est sorti
Hier, un diable ensauvagé et boitant.

Il disparut dans l’obscurité, mais la rumeur affirmait,
Que de par la terre, deux blanches ailes, il traînait
Et qu’avant de disparaitre dans la nuit,
Il s’était retourné et avait ri.

Traduction: Sarah P. Struve

http://stengazeta.over-blog.com/article-svetlana-sourganova-l-ange-59484808.html